« La nuit artificielle »

Tag: Gilles Deleuze

Stanley Kubrick

1379690916601

STANLEY KUBRICK

« Dans l’histoire du cinéma, Kubrick restera donc comme la figure de l’Auteur triomphant, du cinéaste-artiste complet. (…) On oubliera que Kubrick n’a jamais remporté le moindre Oscar et que l’establishment hollywoodien s’est toujours défié du reclus d’Angleterre, jusqu’à ce que la génération des années 1970 (de Coppola à Lucas/Spielberg) s’en empare comme héros et modèle à suivre. » (Frédéric Bonnaud) Lire la suite »

Publicités

Twelve Years a Slave, de Steve McQueen

 Sans titre 2
LA VIOLENCE (« GONFLEMENT DU REPRÉSENTÉ »)Sans titre 5

Il y a un an sortait en France Django unchained de Quentin Tarantino. Au milieu de ce beau film, jubilatoire par les libertés qu’il s’autorisait à l’égard de la représentation classique du passé national américain, une scène venait momentanément troubler le propos du cinéaste (ici). On y voyait le marchand d’esclaves Calvin J.Candie (Leonardo DiCaprio) forcer deux hommes noirs à se battre jusqu’à ce que l’un provoquât la mort de l’autre, ce qui ne manquait pas d’arriver au bout d’une séquence particulièrement dérangeante. Quentin Tarantino s’y révélait subrepticement dans un rapport plus ambigu qu’il ne paraissait à ce qu’il dénonçait : à savoir la traite négrière. L’espace d’un instant, la mise en scène de la séquence oubliait de se subordonner au regard du bourreau DiCaprio, et les images de lutte à l’écran trahissaient la présence d’un œil captivé par le spectacle. Lire la suite »

Le Loup de Wall Street, de Martin Scorsese

Sans titre 1
LE PÉDAGOGUE
Sans titre 5 

Plus que jamais il faut redire que Thelma Schoonmaker est une déesse. Car c’est avec elle que Martin Scorsese monte tous ses derniers films et sans montage ces films ne seraient rien. Dans Le Loup de Wall Street c’est bien en effet par la structure globale – le mouvement du film – et l’organisation du détail – où faire débuter et s’arrêter une séquence, quelle image choisir – que le film brille.

De quoi parle en effet Martin Scorsese en faisant le portrait de Jordan Belfort si ce n’est d’images ? Il faut même dire d’emblée que le film évoque un personnage qui discourt sur des images. Lire la suite »