« La nuit artificielle »

Tag: Corée du Sud

Dix films de 2013

1. LA VIE D’ADELE,
d’Abdellatif Kechiche (France)adele

2. L’INCONNU DU LAC,
d’Alain Guiraudie (France)inconnu3

3. A TOUCH OF SIN,
de Jia Zhang-ke (Chine)

a touch of

4. Mud : Sur les rives du Mississippi, de Jeff Nichols (États-Unis)

5.Django unchained, de Quentin Tarantino (États-Unis)

6.Snowpiercer, le Transperceneige, de Bong Joon-ho (Corée du Sud, États-Unis)
Michael Kohlhaas, d’Arnaud des Pallières (France)

8.The Immigrant, de James Gray (États-Unis)
Inside Llewyn Davis, de Joel et Ethan Coen (États-Unis)

10. Grand Central, de Rebecca Zlotowski (France)
Le Temps de l’aventure, de Jérôme Bonnell (France) *

LE VISAGE DE 2013

Tirer la synthèse d’une année de cinéma est impossible, et d’autant plus pour 2013. Cette année encore le nombre de films a augmenté (plus d’une quarantaine de films par mois) et il est donc quasiment impossible de tout voir. Surtout, et c’est plus intéressant, beaucoup de films cette année ont cherché à tracer un sillon qui leur soit propre, rendant difficile toute tentative de regroupement en catégories distinctes. Lire la suite »

Publicités

Snowpiercer, Le Transperceneige, de Bong Joon-ho

TITANIC SUR RAILS
Sans titre 1

Le dernier film de Bong Joon-ho commence exactement là où l’horreur « 2012 » (R.Emmerich, 2009) finissait. Pour mémoire, le dernier plan du film montrait des passagers montant sur un énorme bateau après que des cataclysmes ont détruit les principales zones de vie sur la planète : grosso modo, les restes de l’humanité sur l’Arche de Noé. Au départ de Snowpiercer, il ne s’agit plus d’un navire mais d’un train qui tourne continuellement autour de la terre. S’arrêter reviendrait à mourir puisque le monde, ayant voulu se sauver du réchauffement climatique, a déclenché une nouvelle ère glacière dont il a perdu le contrôle. Ce train concentrant les derniers humains vivants, on y retrouve à grande échelle une hiérarchisation entre classes : tandis que les passagers de première boivent, se droguent et dansent, les passagers de troisième classe sont enfermés dans les derniers wagons. Tout l’imaginaire noir que le XXème siècle a fait naître autour du train est ici réactivé par le cinéaste : le monde concentrationnaire n’est en effet jamais loin (gardiens dignes de kapos, entassement, perte de l’identité).

Lire la suite »