« La nuit artificielle »

Mois : août, 2016

Caché, de Michael Haneke

Caché_1IRRÉPARABLECaché_2

Dans les redécouvertes de l’été, Caché (2005), de Michael Haneke pour qui je n’ai jamais eu d’affection particulière mais qui signe là un chef-d’œuvre. Haneke semble souvent franchir la limite où la pensée de la violence se transforme en son exercice. La situation dans laquelle se trouve le spectateur de Funny Games ou d’Amour met à juste titre très mal à l’aise. Quant au Ruban blanc, il reste très théorique, et relève peut-être plus de la démonstration que d’une démarche de questionnement ouverte. Ce film, néanmoins, est peut-être celui qui a le plus à voir avec Caché car la démarche d’Haneke y est comparable parce qu’exactement symétrique. Lire la suite »

Publicités

La Cérémonie de Claude Chabrol

AvantLa Cérémonie 5

Les pieds sur terre – France culture :
« Au lycée Alfred Kastler de Cergy Pontoise (95), des élèves de terminale regardent et commentent le film de Claude Chabrol La Cérémonie (1995) dans lequel une bonne (Sandrine Bonnaire) et une postière (Isabelle Huppert) font face à une famille bourgeoise. Rencontre autour du thème de la lutte des classes. »
écouter

AprèsLa Cérémonie - Chabrol

>>> propos de Claude Chabrol ; >>> Rien ne va plus de Claude Chabrol

Femmes entre elles

FEMMES ENTRE ELLES

Ces derniers mois sont sortis quelques films intéressants qui avaient pour héroïnes des femmes marquantes :

Irréprochable de Sébastien Marnier

La très grande précision du jeu de Marina Foïs est la première chose à noter dans ce premier film. Contrairement au nom qu’elle porte, Constance, la femme qu’elle joue est instable et n’a pas la lucidité suffisante pour devenir une froide calculatrice. Il y a du calcul dans ses actes, mais pas seulement et c’est ce qui la rend touchante. Jusqu’au bout, elle avance vers la catastrophe et le crime en paraissant l’ignorer. Elle ment tout le temps, semble dangereuse, mais la froideur qu’on pourrait trouver chez elle est remplacée par un flottement étrange, presque un aveuglement vis-à-vis de soi. Dans une maison où elle s’est introduite et un lit qui n’est pas le sien, elle remplit naturellement une grille de sudoku avant de se rendre compte que ça pourrait la trahir. Elle est déjà ailleurs, et pourtant toujours là, comme dans cette autre séquence, en boîte de nuit. Le monde du mensonge et le monde réel se rencontrent mais au lieu de se résoudre en un orage violent, le choc laisse le personnage paralysé, sidéré, le temps d’un long plan où, réfugiée contre un mur dans un coin de la salle, Constance est éclaboussée par les stroboscopes. Lire la suite »