Fin août, début septembre

par Lamara Leprêtre-Habib

25 août 2015 — « Quand on sort du cinéma, rien ne vous étonne. N’importe quoi peu se produire, ça ne vous surprend pas. Tout peut arriver avec le plus grand naturel. »

Les Herbes folles (Resnais – 2008)

fin août — quelques visites d’appartement dans Paris, sans agents immobiliers, mais bien accompagné par André Dussollier (On connaît la chansonCœurs) et Sabine Azéma (Cœurs).

19 et 20 septembre Resnais, encore, mais je n’en fais pas une obsession. Week-end au bord du lac.

Nicolas – Et euh… une thèse… sur quoi ?
Camille – Sur… sur rien.
Nicolas – Ah ben c’est bien, ça prend pas beaucoup de temps, ça.
Odile – Mais non, c’est les chevaliers de l’an mil du lac des paysans.
Camille – Oh dis, c’est pas du tout ça.
Odile – C’est pas du tout ça ?
Camille – Non.
Odile – Bon, alors vas-y, c’est quoi :
Camille – Les chevaliers-paysans de l’an mil du lac de Paladru.
Odile – Qu’est-ce que j’ai, j’ai pas dit ça ?
Camille – Non.
Nicolas – Au lac de … ?
Camille – Paladru !
Nicolas – Mais… excuse-moi, mais il y a des gens que ça intéresse, ce… ?
Camille – Non, personne.
Nicolas – Mais pourquoi tu as choisi ce sujet alors ?
Camille – Pour faire parler les cons.
Odile – Oh, Camille !
Nicolas – Tu sais, moi, je te demandais ça, c’est plus une formalité qu’autre chose, hein.
Camille – C’est bien ce que j’avais compris.
Nicolas – Et puis à part ça, il faut être un peu indulgent avec les cons.
Camille – Je fais ce que je peux.

Publicités