« La nuit artificielle »

Mois : avril, 2015

La Femme d’à côté – François Truffaut – 1981

Publicités

Manoel de Oliveira

manoel-de-oliveira-cineasta-portuense

« Mes dates clés » (Libération, 11 septembre 2002)

1908. Je suis né à Porto, dans une famille bourgeoise et dans une grande maison, rue du 9 de Julho, en haut de ce qu’on appelait la colline des fourmis. A côté se tenait l’usine de passementerie de mon père. C’est une vie difficile à expliquer : les femmes s’occupaient beaucoup de la maison, du bien-être de la famille. On allait à la messe, on était religieux, mais pas trop. Le monde extérieur à la maison était le domaine du mari. Certains étaient plus libres, d’autres plus fidèles. La loi ne donnait aux femmes le droit de divorcer que si l’adultère avait été commis dans la maison. Voilà qui exprime assez la morale du temps.

1913. Premier souvenir de cinéma, des rails de chemin de fer dans la forêt, il y passait des serpents. Je me souviens aussi d’un film d’animation avec des poupées, des ours. Ensuite, il y a eu un comique, Toribio, qu’en France on appelait Boireau, un burlesque de la maison Pathé. J’aimais aussi Max Linder, un dandy, un bohème. Pour moi, Linder reste le créateur du comique. Mais j’étais très amoureux de Mary Pickford, une vraie passion. Lire la suite »