« La nuit artificielle »

Mois : janvier, 2014

Rencontres du troisième type, de Steven Spielberg

Sans titre 1

Rencontres du troisième type est un grand film sur l’enfance. Ce sont les derniers plans du film qui finissent d’en convaincre. Plutôt que nous apprendre ce que deviennent par exemple la femme et les enfants de Roy Neary (Richard Dreyfuss) ou si la population finit par se rendre compte de ce qu’on a essayé de lui cacher, Steven Spielberg décide de rompre tout lien avec la terre ferme. La dernière séquence, sur laquelle s’affiche le générique, montre l’envol du vaisseau spatial venu rendre des terriens disparus pour certains depuis des années et emmener ceux qui n’ont pas perdu leur âme d’enfant. Lire la suite »

Publicités

Mon âme par toi guérie, de François Dupeyron, Blue Jasmine, de Woody Allen & Nymphomaniac, vol.1, de Lars von Trier

3

MON ÂME PAR TOI GUERIE d’abord. Lire la suite »

All is lost, de J. C. Chandor

Sans titre 7LES DEUX INFINIS
Sans titre 8

En 2011, J.C. Chandor avait tourné Margin Call qui montrait la naissance de la crise mondiale de 2008 à partir des bureaux d’une agence financière, à New York. Le film jouait alors du contraste entre l’ampleur du cataclysme qu’on connaît (échelle mondiale) et la taille du foyer d’où est parti l’incendie (un étage de building américain). On retrouve cet affrontement d’échelles dans All is lost puisque passées les premières minutes du film, qui fonctionnent comme un sas d’entrée dans ce monde étranger qu’est l’océan Indien, une question se pose : Qu’y a-t-il à voir ou à comprendre derrière l’histoire de cet homme, seul sur son bateau ? Lire la suite »

Le Loup de Wall Street, de Martin Scorsese

Sans titre 1
LE PÉDAGOGUE
Sans titre 5 

Plus que jamais il faut redire que Thelma Schoonmaker est une déesse. Car c’est avec elle que Martin Scorsese monte tous ses derniers films et sans montage ces films ne seraient rien. Dans Le Loup de Wall Street c’est bien en effet par la structure globale – le mouvement du film – et l’organisation du détail – où faire débuter et s’arrêter une séquence, quelle image choisir – que le film brille.

De quoi parle en effet Martin Scorsese en faisant le portrait de Jordan Belfort si ce n’est d’images ? Il faut même dire d’emblée que le film évoque un personnage qui discourt sur des images. Lire la suite »

2014

vlcsnap-2014-12-21-15h59m49s18920 décembre 2014 : Captives d’Atome Egoyan (Canada, 2015) Lire la suite »